La Journée Française des Test Logiciels 2018

  • posté le
  • par ESENS

Le 10 Avril dernier, nous étions présents pour la 10ème édition de la Journée Française des Tests Logiciels, l’événement annuel organisé par le Comité Français des Tests Logiciels.

Cet événement est le lieu d’échanges et de rencontres du monde de la qualité logicielle et permet aux professionnels des tests français d’aborder les nouvelles organisations et les nouveaux enjeux technologiques du secteur.

Retour sur les temps forts de cette journée avec Carel, Pilote de Recette chez ESENS!


Cette année, la JFTL s’est tenue au Beffroi de Montrouge, à Paris. L’événement accueille de nombreux stands professionnels et s’organise autour des conférences rythmées par un petit déjeuner très réussi et des pauses snacks tout au long de la journée.  

Lors de cette 10ème édition de la JFTL, plusieurs thématiques ont été abordées : la transformation agile, le management et les techniques de tests, les nouvelles technologies et les nouveaux enjeux qui en découlent et pour finir, l’automatisation.  

Après l’ouverture de la journée avec Olivier Denoo, président du CFTL, la première Keynote a pour sujet les voitures connectées et le Big Data.

L’exploitation des données en temps réel (flux de déplacements, cartographie des accidents, etc.) permet d’améliorer la gestion de sinistres (assistance, mise à disposition d’un assureur le plus tôt possible, etc.) ainsi que la tarification comportementale des assurés.

Suite à cette mise en bouche, on entre dans le vif du sujet avec Neotys qui nous présente les problématiques d’automatisation et d’intégration continue de tests de performances via l’outil  Neoload. Cette plateforme de test permet de tester la performance de bout en bout, du niveau composant ou niveau application user (préproduction et production) via le SI Client ou le Cloud.

'20 minutes pour convaincre' par NEOTYS

Un retour d’expérience sur le sujet est fait par le PMU autour de la prise de paris via différents canaux (Web, SMS, Apps) au vu des contraintes de performances (Pas d’interruption de service, stabilité de l’application, volumétrie des transactions). L’interfaçage et l’automatisation avec Jenkins leur permet de piloter l’activité de tests de performance.

La journée continue sur le thème ‘Nouvelles technologies, nouveaux enjeux’ avec la présentation ‘Tester une voiture connectée’ dans un contexte d’agilité. L’accent est mis sur le MBT (Model Based Testing) via CA ARD qui permet une modélisation graphique des exigences et processus fonctionnels dans une approche collaborative (Métier, Développeurs, Testeurs) et la génération automatique de cas de tests. L’interfaçage via des outils des référentiels de test (Squash TM) ou des frameworks d’automatisation (Appium, Xamarin, Selenium) est rendue possible.

L’automatisation et le test mobile se fait soit dans le Cloud via Visual Studio App Center (pour les tests non connectés à la voiture), soit en interne via un boîtier simulant le comportement de la voiture.

Christophe Barbery et Maxime Bardou font un retour d’expérience sur le projet Mov’InBlue

On reste ensuite sur le thème de l’Automatisation avec le test en continue sur une plateforme e-commerce en micro-service dans un contexte global de digitalisation.

Il est intéressant de noter que la démarche démarre, comme la conférence précédente, avec les voitures connectées, par la modélisation de processus métier (ici via BIZAGI) pour affiner la stratégie de test (fonctionnalités, type de SUT, Services, Interfaces, etc.) mais aussi pour mettre en place une coordination et une collaboration entre les différents métiers.

La plateforme de tests permet :  

  • De définir son backlog dans JIRA (process, feature, micro-service, user story)
  • De concevoir ses tests cases dans Xray
  • De générer ses scénarios soit dans Cucumber + Scripts SerenityBDD (car facilement compréhensibles pour dess profils fonctionnels), soit dans Postman (pour les tests de Webservices sur le principe 1 appel => 1 réponse)
  • De réaliser les tests de performance avec Neoload (tiens tiens)
  • Une gestion du portefeuille projet et du backlog dans JIRA via Kanban
  • Une création de la documentation dans Confluence
  • Un gestionnaire de sources Github
  • La mise en place des pipelines via Jenkins v2 en fonction des commits et des projets
  • L’analyse Qualimétrique via SonarQube
  • Le déploiement en automatique des artifacts via Artifactory sur les environnements (Développements, Tests, Preprod, Production)
  • Un gestionnaire de test Squash TM
  • Des test automatisés via Appium, SoapUI, Selenium, Postman

Un petit tour sur les stands où l’on découvre Hiptest, une plateforme collaborative de conception, pilotage et maintenance de tests en mode agile. Il s’interface avec une vingtaine de frameworks de test (Cucumber, Selenium, etc) et d’intégration (JIRA, Jenkins, Bamboo, Travis CI, etc). Petit plus dans les fonctionnalités à venir : la possibilité de réaliser du Machine Learning en production afin d’affiner la stratégie de tests.  

Stand HIPTEST, plateforme collaborative de tests

Après le déjeuner, les conférences reprennent avec « Testing is a game » qui propose une approche par le jeu comme axe d’amélioration des processus de qualité logicielle. L’un des leviers visé est le renforcement du travail collaboratif entre métier, testeur et développeur via des Serious Game afin d’émuler les connaissances et les compétences de chacun.


Guillaume Kerrien nous présente une approche de la qualité logicielle par le jeu

La dernière conférence à laquelle nous avons assisté aborde le 'Retour d’expérience sur la mise en place d’une plateforme d’intégration, de qualification et déploiement continue'.

L’organisation de la cellule Engie Digitale respecte les 'codes' de l’usine logicielle en proposant un modèle complet avec :

  • Une gestion du portefeuille projet et du backlog dans JIRA via Kanban
  • Une création de la documentation dans Confluence
  • Un gestionnaire de sources Github,
  • La mise en place des pipelines via Jenkins v2 en fonction des commits et des projets
  • L’analyse Qualimétrique via SonarQube
  • Le déploiement en automatique des artifacts via Artifactory sur les environnements (Développements, Tests, Preprod, Production)
  • Un gestionnaire de test Squash TM
  • Des test automatisés via Appium, SoapUI, Selenium, Postman


Pour résumer, cette 10ème édition de la JFTL fut une journée intense avec des présentations balayant l’ensemble des méthodologies et types de tests et des stands permettant d’échanger avec des experts du domaine.

Retrouvez l’ensemble des supports de présentation sur le site de la CFTL. 

Article rédigé par Carel | Retrouvez tous nos articles sur le Blog ESENS !

Vous êtes à la recherche d'un nouveau challenge ? Rejoignez l'équipe ESENS en postulant à nos offres d'emploi !

Apprendre le test avec les robots à la JFTL 2018


Actualité récente

VOIR TOUTE NOTRE ACTUALITE